Return to site

#3 : le lacet neuronal d'Elon Musk ; des voitures volantes à Dubai cet été ; le robot abeille, et plus encore

Parlons Futur : "Pas le temps de faire une veille approfondie pour anticiper le futur? Pas de soucis, je la fais pour vous! Une fois par semaine max recevez ma sélection d'une dizaine de news du futur résumées pour vous faire gagner du temps"

Neurosciences: Elon Musk avance sur son projet de "lacet neuronal" permettant de relier notre cerveau aux ordinateurs en ligne directe

  • Musk a révélé sur Twitter récemment qu'il faisait des progrès sur ce projet.
  • Mettre au point un tel "lacet neuronal" est pour Musk le seul moyen pour "l'humanité de réussir sa symbiose avec les machines" avait-il dit dès mi-2016, voire la seule solution pour éviter d'être surpassé par l'intelligence artificielle.
  • Musk : "Nous avons une version partiale ou numérique de nous-mêmes dans nos e-mails, nos réseaux sociaux et les autres activités que l'on fait, et nous avons des super-pouvoirs avec nos ordinateurs, nos smartphones et leurs applications."
  • Musk : "Nous sommes limités par notre système d'entrée-sortie, notamment du côté sortie [...] Par conséquent, il y a plusieurs degrés de différence entre nos systèmes d'entrée et de sortie. Fusionner efficacement d'une manière symbiotique avec l'intelligence artificielle nous portera à dépasser ces limites, en utilisant une sorte d'interface directe, [...] un lacet neuronal."
  • Un autre acteur de la Silicon Valley qui entend également fabriquer une neuro-prothèse : "Notre lien avec les nouvelles créations intelligentes est limité par les écrans, les claviers, les interfaces gestuelles, et les commandes vocales - contraintes par ces modalités d'entrées/sorties. Nous avons finalement assez peu d'accès à nos cerveaux, limitant notre capacité à co-évoluer avec des machines."
  • De solides progrès ont déjà été accomplis : dès 1978, le docteur américain William Dobelle met au point un implant neuronal relié à une caméra montée sur des lunettes permettant à des aveugles de retrouver partiellement la vue.
  • Plus récemment, la société BrainGate a développé en 2005 un implant neuronal permettant à une personne tétraplégique de contrôler un bras robotisé, mais aussi d'envoyer des e-mails, de régler le volume de la télé ou l'intensité de la lumière.
  • Depuis 2015 des chercheurs de l'université d'Harvard travaillent sur un "circuit flexible injecté dans le cerveau" : implantée par injection dans le système sanguin, une grille de fils de quelques millimètres seulement peut arriver jusqu'au cerveau et s'entremêler avec des neurones et écouter leur bavardage, offrant un moyen pour l'électronique d'interagir avec votre activité cérébrale. L'opération a déjà été réalisée avec succès sur des souris en 2015.
  • Cette "grille de fils" se compose de filaments plastiques et métalliques 100 000 fois plus flexible que tous les autres implants électroniques à ce jour. 
  • Une fois introduit, il serait hypothétiquement possible de transmettre des commandes à des appareils électroniques extérieurs plutôt que d'avoir à les taper sur un clavier, et d'obtenir directement dans l'esprit des informations tirées de l'ordinateur, mais aussi de réfléchir plus vite et mieux.
  • Source NouvelObs 

____________________________

Informatique : des scientifiques révèlent les plans d'un "ordinateur quantique" capable de faire en 110 jours ce qui aujourd'hui prendrait des milliers d'années !

  • L'informatique repose sur la manipulation de "bits" d'information dont la valeur est soit 0 soit 1, c'est le fameux système binaire.
  • Les ordinateurs d'aujourd'hui font leurs calculs en séquence, c'est-à-dire en traitant des combinaisons de 0 et de 1 les unes après les autres.
  • L'informatique quantique entend exploiter le phénomène quantique incroyable dit de "superposition" selon lequel une particule peut être dans deux états en même temps!
  • Transposé à l'informatique, cela veut dire que l'unité d'information qu'on appelle un "qubit" peut être en position 0 et 1 en même temps, aussi surprenant que cela puisse paraître !
  • Ainsi, au lieu de traiter des combinaisons les unes après les autres, un ordinateur quantique pourrait les traiter en même temps toutes d'un coup!
  • Pendant longtemps, beaucoup de sceptiques ont dit que construire un tel ordinateur quantique était impossible, mais des scientifiques au Royaume-Uni viennent de dévoiler les plans d'un prototype qui sera bientôt construit.
  • De la taille d'un terrain de football, cet ordinateur quantique va pouvoir par exemple résoudre en 110 jours des problèmes de math (comme trouver les facteurs premiers d'un nombre de 617 chiffres) qui avec les ordis d'aujourd'hui prendraient des milliers d'années.
  • Une telle force de frappe informatique pourrait permettre :
    • de simuler des interactions moléculaires et atomiques et ainsi développer de nouveaux médicaments et matériaux ; 
    • de faire sens des informations toujours plus riches qu'on reçoit de l'espace avec nos télescopes et peut-être identifier des intelligences extra-terrestres ; 
    • de déchiffrer le fonctionnement de nos gènes et de nos neurones et ainsi nous permettre de vivre mieux et plus longtemps ; 
    • de simuler des univers artificiels gigantesques et très fouillés où nous promener ; 
    • bien d'autres applications où l'intelligence artificielle sera clef !
  • Le bémol : ce n'est pas sans inquiéter les experts en cybersécurité sachant que beaucoup de protections dépendent de ce genre de problème de nos jours intraitables...
  • Source en anglais - Singularityhub.com

____________________________

Transport : des voitures volantes en circulation d'ici juillet 2017 !

  • À​ Dubai avec le constructeur chinois EHang dès cet été!
    • L'émirat de Dubaï veut rendre autonome 25 % de son système de transport d'ici à 2030 et a annoncé avoir testé un véhicule aérien autonome, le taxi-drone EHang 184
    • Le véhicule peut se déplacer d'un point à un autre à 300 mètres du sol et à une vitesse de 100 km/h, selon un parcours déjà programmé
    • Il suffit au conducteur de sélectionner sa destination pour que le véhicule décolle, vole et le dépose à l'endroit choisi. Le mouvement de l'appareil sera coordonné avec un centre de contrôle au sol
    • Le système sera testé à Dubaï dès le mois de juillet.
    • Doté de moteurs électriques, l'appareil, capable de transporter une personne, peut se recharger en deux heures pour une autonomie de vol de près de 30 minutes.
    • Source en anglais - Techrunch
  • Airbus, c'est pour 2021
    • Lancé en 2016, le projet Vahana d'Airbus entend lancer en 2021 un aéronef petit et à décollage et atterrissage vertical pour un usage en milieu urbain dense.
    • Cette catégorie se caractérise par le terme VTOL pour Vertical Take-Off and Landing (Décollage et Atterrissage Vertical)
    • Quelles différences avec les hélicoptères : notamment le fait que ces "voitures volantes" fonctionnent à l'électricité, ce qui réduira leur coût d'usage ainsi que leur bruit, ce qui constituerait une révolution.
    • L'objectif est de construire un aéronef à même de transporter une personne, et à terme l'objectif est qu'il soit auto-piloté par intelligence artificielle.
    • Le design qui semble avoir la préférence des designers est celui sur la photo ci-dessous, avec 8 hélices pouvant passer de la position horizontale (pour le décollage) à verticale en vol. 
    • L'avantage de ce design par rapport à l'autres étudié avec 4 hélices plus grandes et moins nombreuses est 1. qu'il permet d'avoir un aéronef plus compact et 2. offre plus de sécurité du fait d'une plus grande redondances des hélices.
    • Source en anglais - Techcrunch
  • Uber en embuscade !
    • Uber vient de débaucher un ingénieur de la NASA pour développer une voiture volante
    • L'ingénieur a été séduit par les plans d'Uber notamment pour ce qui est de la viabilité économique du projet
    • Uber imagine mettre en service une flotte de voitures volantes à commander via son appli
    • Les voitures seraient à décollage et atterrissage vertical, électriques, avec une autonomie de 150km par charge
    • Au départ les voitures volantes seraient pilotées par des humains, mais à terme l'ambition est bien de s'en passer et de faire en sorte qu'elles soient auto-pilotées.
    • Source en anglais - Techcrunch

____________________________

Robotique : Des chercheurs japonais ont créé des robots abeilles à même de polliniser des fleurs

  • L'invention consiste à associer un drone à 100$ avec des poils de crinière de cheval imbibés d'un gel révolutionnaire en ce sens qu'il est "collant mais pas trop" et surtout garde cette propriété dans le temps.
  • Le drone a ainsi pu être programmé pour aller survoler de près des fleurs et s'imprégner de pollen avant d'aller en polliniser d'autres.
  • Ces drones pourraient à terme devenir complètement autonome grâce à l'usage de l'intelligence artificielle et du GPS, et permettrait d'assurer la pollinisation des fleurs malgré le déclin des abeilles.
  • Espérons juste que cela ne serve pas d'excuse pour ne rien faire pour nos pauvres abeilles...
  • Source en anglais - Futurism.com

____________________________

Alimentation : voici à quoi pourrait ressembler demain les protéines dans nos assiettes

  • Rappelons déjà qu'il faut 7 kg de céréal pour produire 1kg de viande de boeuf en moyenne et que pour produire 1kg de viande il faut entre 500 et 4 000 litres d'eau, contre entre 5 000 et 20 000 litres pour 1kg de blé : autant dire que si demain 10 milliards d'êtres humains mangent autant de viande que les Américains aujourd'hui, on risque d'avoir des problèmes...
  • Impossible Foods, une startup en Californie, a déconstruit le hamburger et a pu identifier ce qui fait le goût et la texture de la viande, et a réussi à reproduire "quelque chose" qui s'en rapprocherait grandement en n'utilisant que des composés végétaux.
  • Une autre startup, Beyond Meat, a réussi à créer un aliment qui a le goût, l'odeur, l'apparence et la texture du poulet, rien qu'à base de légumes...
  • Autre approche : cultiver des cellules musculaires animales en laboratoire, comme on sait par exemple déjà cultiver de la peau humaine pour des greffes. C'est-à-dire, placer un échantillon initial de cellules dans un milieu nutritif et les faire se reproduire. Le leader Mosa Meat, une entreprise néerlandaise, a ainsi pu créer son premier burger en 2013 avec de la viande produite en laboratoire, pour un coût de 300 000$! D'ici à 2020 le prix devrait tomber à 11$ le burger...
  • Perfect Day, une autre startup californienne, fabrique du "lait" qui a le même goût et les mêmes propriétés nutritives que le vrai lait en détournant des gènes de vache pour produire des cellules de levure ensuite cultivées dans des cuves de fermentation.
  • Dernière approche, manger des insectes ! En effet une sauterelle est faite à 70% de protéines, ratio très élevé dans le monde animal ! Et parce que la sauterelle est un "animal" à sang froid, elle convertit plus de ce qu'elle mange en cellules corporelles (chez les animaux à sang chaud une bonne partie de l'énergie tirée de l'alimentation se dissipe en chaleur), et comme les insectes n'ont bien sûr pas d'os, une plus grande partie de leur masse corporelle se mange. 
  • 1 gramme de sauterelle comestible suppose 12 fois moins de nourriture au départ qu'un gramme de viande de boeuf : la sauterelle est la viande naturelle la plus écologique à élever ! Miam miam!
  • Source en anglais - TheEconomist

____________________________

Transport : les cargos auto-pilotés sillonneront les océans d'ici 10 à 15 ans, annonce Rolls-Royce

  • Ces navires seront moins chers à opérer et plus sûrs
  • Ils seront notamment moins exposés à la piraterie car ils ne seront plus conçus pour qu'un équipage y vive, on pourra les penser pour être difficile à aborder. Impossible pour un pirate d'en prendre le contrôle puisqu'il n'y aura plus de cabine de pilotage.
  • Un tel navire pourra être immobilisé à distance, et faute d'un équipage à prendre en otage pour exiger une rançon, les forces de police maritime pourront intervenir plus facilement ce qui aura un effet dissuasif certain.
  • Un bateau sans équipage et sans les infrastructures de vie qui vont avec est aussi un bateau qui peut être plus aérodynamique et donc consommer moins d'énergie, être fabriqué et réparé plus vite et pour moins cher, avec plus de place pour les marchandises.
  • Espérons enfin qu'on saura rendre ces bateaux inabordables par les pirates du net cette fois-ci. Ce serait dommage qu'un petit malin dans son lit comme dirait Trump puisse paralyser le commerce mondial d'un clic...
  • Source en anglais - Spectrum.ieee.org

____________________________

Habillement : le secteur du vêtement intelligent sur le point de faire boom

  • Les chaussures connectées sont promises à un grand avenir!
    • "De nombreux objets connectés pour les salariés existent, mais ils sont souvent accrochés à leur au bras ou à leur poignet. Trop lourds et encombrants, ils les gênent dans leur travail. L'employé ressent beaucoup moins le poids s'il le porte dans ses boots que sur une smartwatch", souligne Mathieu Destrian, PDG d'Intellinium, une entreprise qui développe des chaussures intelligentes pour les pros. 
    • "tout en ayant les mains occupées, le travailleur peut communiquer en exerçant des pressions longues et courtes sur la smartshoe avec ses orteils, dans un langage codé qui ressemble au morse"
    • Les semelles ont un volume important. Il est possible d'y intégrer facilement un nombre élevé de capteurs.
    • Ces chaussures connectées peuvent être utilisées par des travailleurs isolés pour réduire les risques d'agression. Si le salarié est dans une situation de danger, il exerce à deux reprises une pression longue avec son pouce de pied dans la chaussure afin de prévenir son employeur.
    • Source - JournalDuNet
  • Le vêtement connecté a plus de potentiel que les accessoires connectés type bracelet
    • le chimiste Arkema a mis au point un tri-composant qui peut être tricoté, teint et lavé à la machine comme n'importe quel tissu. Les capteurs pourront être posés partout sur le vêtement. "Les composants ne seront plus extérieurs au textile comme c'est le cas aujourd'hui avec ces puces pas forcément fiables, qui peuvent tomber en panne en cas de choc par exemple"
    • L'armée française est séduite par le vêtement connecté car plus sûr qu'un accessoire, qui peut être perdu ou se casser.
    • "En combinant l'enregistrement des battements cardiaques, de la température, ainsi que toute une série d'autres données corporelles, les chefs de patrouilles pourront mesurer le niveau de stress de leurs hommes sur le terrain et exfiltrer les personnes trop sensibles avant qu'elles ne commettent des erreurs",
    • Pour les pompiers, "Des chemises pourront par exemple être équipées de diodes électroluminescentes. Elles seront automatiquement rechargées par les mouvements de leurs utilisateurs qui produisent de l'énergie électrique captée par le tricomposant"
    • Source - JournalDuNet
  • Après avoir longtemps résisté à l'automatisation, le secteur de l'habillement pourrait bientôt céder aux robots et voir les prix de fabrication chuter
    • Un jeune freelance sans formation ni expérience en robotique ou dans le textile et habillement a récemment rendu public le premier vêtement entièrement cousu par un robot !
    • Là où les professionnels s'épuisent en vain depuis 20 ans à mettre au point des robots tous plus complexes les uns à grand renfort de millions de dollars, Zornow le freelance a pris le problème à l'envers : il a trouvé le produit à utiliser pour rigidifier le textile de façon temporaire sans l'abîmer de façon à transformer le problème de la découpe et de la couture en un problème technique déjà maîtrisé ! 
    • On verra si sa solution est assez bonne pour être déployée à grande échelle, mais en soi c'est déjà fascinant de constater qu'un "David" profane sans réels moyens, juste armé de sa curiosité et d'internet, et avec accès à un "hacker space", a pu innover là où les Goliaths du secteur patinent. Nous vivons une époque incroyable !
    • Source en anglais - Singularityhub.com

____________________________

Construction : l'architecture aussi se robotise

  • Les robots ne vont pas se contenter de juste fabriquer les composants et briques élémentaires des bâtiments de demain, ils les assembleront aussi pour construire en autonomie
  • Lors d'un projet à l'université de Stuttgart, des drones ont pu bâtir sans main d'oeuvre humaine la structure en photo ci-dessous, en étirant de longs fils de carbone autour d'une ossature primitive. Les filaments étaient déroulés par un autre robot au centre du chantier.
  • Les architectes considèrent que les robots permettront de réduire de 90% le temps et la main d'oeuvre nécessaire sur les chantiers.
  • Les immeubles du futur pourraient ainsi bien être construits par des robots autonomes et de façon temporaire, puis démontés et recyclés pour être reconstruits ailleurs et différemment selon les besoins du moment
  • Source en anglais - TheEconomist 1843 Magazine
  • Regardez aussi dans la vidéo ci-dessous des drones construire en autonomie un pont de liane, impressionnant !

____________________________

Intelligence artificielle : Google arrive à affiner une photo pixelisée !

  • L'intelligence artificielle développée par Google est capable de déduire une version 32*32 pixels d'une image 8*8 pixels au départ.
  • Attention, le logiciel ne reconstitue pas la réelle image d'origine, il essaie simplement de prédire ce qu'elle pourrait être, mais les résultats sont bluffants!
  • Pour cela, il a fallu procéder en 3 phases:
    • 1ère phase : faire ingérer au logiciel énormément de paires d'images de visages, chaque paire comportant deux versions d'une même image, une version pixelisée (8*8) et une version en haute définition ; le logiciel compare ensuite l'image 8*8 à décrypter à toutes les images 8*8 ingérées : celles les plus proches trouvées donnent une idées de l'image d'origine recherchée. 
    • 2nde phase : en partant du principe qu'on sait de quel type d'image il s'agit, en l'occurrence d'un visage, on fait ingérer au logiciel une autre base de données d'images en haute définition de visages. Le logiciel va ensuite essayer d'affiner l'image à décrypter, c'est-à-dire lui ajouter des pixels, en se fondant sur ce qu'il a "appris" de la forme des visages (c-à-d les points communs qu'on retrouve souvent d'un visage à l'autre) : par exemple s'il y a un pixel marron vers le haut de l'image, le logiciel va pouvoir supposer qu'il s'agit d'un sourcil, donc au moment d'ajouter des pixels, il pourra en ajouter des marrons formant un sourcil en puisant dans la base de données des photos ingérées préalablement.
    • 3ème phase : le logiciel fusionne les reconstitutions obtenues via les deux premières phases pour obtenir le rendu final
  • Cette technologie pourrait aider la police à exploiter des bandes vidéos de maigre qualité, il faut toutefois la prendre avec des pincettes car il ne s'agit pas d'une vraie représentation mais d'une prédiction.
  • Source en anglais - arstechnica.co.uk

____________________________

Éducation : une école privée en train de révolutionner l'éducation en Afrique

  • L'entreprise américaine Bridge International Academies, dans laquelle ont investi entre autres Bill Gates et Mark Zuckerberg, analyse chaque jour depuis ses bureaux aux États-Unis 250 000 tests émanant de ses 405 écoles privées au Kenya, puis optimise en fonction ses programmes en temps réel
  • L'organisation compte en tout plus de 100 000 élèves répartis entre le Kenya, le Libéria, le Nigéria, l'Ouganda et l'Inde, et compte atteindre les 10 millions d'ici à 10 ans.
  • Son credo : standardisation, automatisation et suivi de la performance
  • Les professeurs doivent suivre à la lettre le programme remis à jour quotidiennement et accessible sur tablette
  • Le prix pour les parents est de 70$/an par enfant en Afrique, et au Kenya par exemple la plupart des parents payent par téléphone via le fameux système M-Pesa (le Kenya est un des leaders mondiaux pour le paiement par mobile!)
  • L'organisation parvient à construire chaque nouvelle école en tout juste un mois.
  • L'organisation paie ses professeurs plus que ceux des autres écoles privées en Afrique, mais beaucoup moins que ceux salariés par les différents états africains, 
  • Bridge International Academies offre aussi des bonus aux meilleurs professeurs, c'est-à-dire à ceux qui arrivent à faire le mieux progresser leurs élèves.
  • L'organisation semble avoir découvert une martingale intéressante : ses professeurs ont un absentéisme de moins d'1%, contre 47% pour les enseignants d'état au Kenya selon la Banque Mondiale !
  • Ses plus jeunes écoliers apprendraient 13 à 32% plus par an que dans les écoles publics.
  • Bridge International Academies aimerait à terme pouvoir se faire financer par les états directement, plutôt que d'avoir à concurrencer les écoles publiques frontalement.
  • Source en anglais - TheEconomist

____________________________

Et le robot de la fin : découvrez arrêtée à la bonne seconde la vidéo du "robot-jambes" qui vous livrera peut-être vos colis demain...

__________________

Cet article pourrait intéresser vos amis ? Partagez-le d'un clic !

_________________________________

Si cette veille vous a intéressé(e) et que vous ne recevez pas déjà nos emails, n'hésitez pas à renseigner votre adresse dans le champ plus bas de façon à recevoir une fois par semaine max les prochaines newsletters.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly